09 octobre 2005

EDITORIAL

Bienvenue sur mon site !

Que vous soyez tombé ici par hasard ou que l’on vous ai recommandé ce site, vous vous interrogez aujourd’hui sur l’opportunité d’acheter votre résidence principale, voire de réaliser un investissement locatif.

En effet, depuis plusieurs années les prix de l’immobilier flambent et vous êtes persuadés qu’il faut acheter maintenant avant « qu’il ne soit trop tard » ou qu’il est encore temps de prendre en marche « le train de la hausse des prix».

Peut-être, vous regrettez même de ne pas avoir acheté à la fin des années 1990 quand les prix étaient encore abordables et que l’immobilier était considéré comme ringard.

Vos amis ou parents, propriétaires récents ou de longue date, ne cessent de vous dire que vous auriez du acheter «avant » et qu’il est urgent de se décider avant que vous ne puissiez plus rien acheter en raison de la hausse continue à deux chiffres des prix de l’immobilier, d’une année sur l’autre.

Vous êtes désormais persuadé que les prix de l’immobilier ne baisseront jamais car « la demande de logements est structurellement supérieure à l’offre » et qu’ils  continueront à augmenter comme « ils l’ont toujours fait dans le passé ». Pour réaliser votre rêve d’accession à la propriété, vous êtes d’ailleurs disposés à faire des concessions sur la surface, l’emplacement ou l’éloignement du bien convoité.

Jusqu’ici, tout va bien, vous êtes dans l’état d’esprit actuel de 90% de la population, et vous vous imaginez être tombé sur un site qui vous donnera des conseils et astuces utiles pour acheter dans les meilleures conditions.

Si telles sont vos attentes, je vous conseille plutôt de quitter immédiatement mon site et d’aller visiter le pays où l’immobilier est toujours merveilleux, sur le site de la Fédération des Agents Immobiliers : http://www.fnaim.fr/.

Par contre, si vous êtes capables de remettre en question vos idées reçues sur l’immobilier, ce site vous donnera alors certainement envie de vous informer sur le marché de l’immobilier avant d’envisager un d’achat.

Pourquoi avoir réalisé ce site ?

Tout d’abord, je précise que je ne suis qu’un particulier lambda et que je ne suis donc pas un spécialiste ou un professionnel de l’immobilier.

« Un spécialiste, c’est quelqu’un qui sait tout sur quelque chose, et rien sur tout le reste »

Ambrose Bierce

Pour comprendre l’origine de ce site, il convient donc que je vous fasse d’abord part de ma propre expérience passée.

Début 2003, après avoir quitté la région parisienne pour emménager à Lyon, je décidais avec mon épouse de débuter mes recherches pour y acquérir un appartement (3-4 pièces). Avec un apport important (merci Papa/Maman), des revenus corrects, nous débutions alors nos recherches la fleur au fusil….

Avec des taux d’intérêt aussi bas et notre apport personnel, il était pour nous acquis qu’il était stupide de continuer à jeter l’argent par les fenêtre en payant un loyer, d’autant que les médias étaient unanimes sur l’opportunité qu’il y avait à acheter son logement en raison des taux bas.

D’ailleurs, tous mes collègues de bureau, même sans aucun apport avaient déjà pu acheter ou étaient sur le point de le faire. Ceux qui avaient acheté quelques années auparavant et revendaient pour déménager racontaient tous avoir réalisé des plus-values mirifiques à la revente de +80% à +120% !

Nous commençâmes donc urgemment nos visites avec l’objectif ferme d’acheter rapidement. Les prix sur Lyon étaient certes élevés, mais venant de la région parisienne, ils étaient  comparativement pour nous encore assez bon marché.

La désillusion arriva assez vite.

Avec notre budget et un emprunt ne dépassant pas 15 ans, nous n’avons pu visité que des biens mal fichus (« atypique » dans le jargon des agences) ou mal situés (voie de chemin de fer sous la fenêtre !). Mais bon, pour devenir propriétaire, il nous fallait bien faire quelques concessions !

Au fil de nos visites, plusieurs éléments commencèrent à me mettre la puce à l’oreille :

-     plus nous visitions des biens médiocres et chers, moins nous devenions exigeants sur nos critères initiaux. (Ainsi, notre dernier bien visité sur lequel nous avons fait une proposition d’achat fut d’anciens bureaux à convertir en logement d’habitation !!)

-      il n’était pas envisageable de négocier un seul euro sur le prix de vente annoncé, au contraire il fallait s’attendre à surenchérir sur le prix car d’autres acheteurs étaient disposés à s’endetter sur des durées beaucoup plus longues que nous.

-     les agences nous priaient de nous décider vite car les taux d’intérêt été sensés prochainement augmenter à la rentrée 2003, et les prix continuer à augmenter : «acheter aujourd’hui c’était s’épargner la hausse de demain » ;

-      toutes les conversations entres amis ou à la machine à café tournaient toujours autour du sujet de l’immobilier, chacun racontant les «fabuleuses» plus-values réalisées par les un ou les autres…. Ceux qui avaient acheté 6 mois auparavant expliquaient que leurs appartements valaient déjà 15% de plus. Une collègue de bureau s’improvisa même marchand de bien, en achetant et en revendant de suite avec plus-value un appartement !

-      les agences immobilières poussaient dans ma rue comme des champignons :

En juin 2003, ce contexte euphorique me fit soudainement  penser aux années 1998-2000 lorsque j’achetais pour la première fois des actions, juste avant le krach boursier qui a débuté en mars 2000 et, qui en 2003, aboutira à des baisses de près de 80% sur le cours des valeurs technologiques ! Les similitudes avec cette folle période spéculative de la fin des années 1990 étaient effectivement troublantes, car déjà à l’époque :

-       les médias étaient unanimes pour conseiller l’achat d’actions (la presse expliquait alors qu’il fallait s’attendre à «un CAC40 à 10 000 points en 2005», que « la bourse était sur le long terme était sur le long terme le meilleurs des placement », qu’« avec le problème du financement des retraites, il fallait s’attendre à l’explosion future des fonds privés par capitalisation et donc à une hausse des cours » etc…;

-      on achetait des actions dans l’urgence car chaque semaine le CAC 40 augmentait de plusieurs dizaines de points, chaque moment d’hésitation à l’achat faisait perdre des plus-values potentielles !

-      beaucoup d’autres particuliers, qui ne connaissaient (comme moi) rien aux marchés financiers, achetaient également des actions ;

-      toutes les conversations tournaient autour de la bourse et nous échangions alors nos « bons conseils » pour choisir les meilleures valeurs sur lesquelles investir ;

-       ce n’était pas les boulangères qui ventaient à leurs clients les vertus de l’investissement immobilier locatif mais les chauffeurs de taxi qui donnaient des conseils boursiers ;

Ces similitudes m’apparaissaient plus que troublantes, mais a priori cette fois, «c’était différent »: investir dans l’immobilier c’était « du solide et du sûr » alors que qu’une action n’était «qu’un bout de papier qui ne reposait que sur du vent ».

N.B : Pour le récit d’une expérience similaire à la mienne je vous conseille l’excellent article suivant : http://www.menteur.com/chronik/050703.html

Toutefois, avant d’investir dans l’immobilier plus de cinquante fois le montant que j’avais investi (et perdu en bourse !) je décidais tout de même de vérifier que l’immobilier était effectivement « solide et sûr », sait-on jamais ?

J’ai alors passé des heures sur le moteur de recherche « google » et visité des centaines de sites Internet pour me renseigner sur l’évolution du marché de l’immobilier. Au fil de mes recherches, quelle ne fut pas ma surprise sur quelques découvertes que je fis alors :

-     à Lyon, par exemple, le prix du mettre carré était 30 à 40% moins cher en 2000 qu’en l’an 2003 et je ne trouvais aucune explication sur l’évolution économique ou démographique de la région depuis 3 ans pour expliquer cette soudaine flambée ;

-     la hausse fulgurante des prix de l’immobilier n’était pas propre à Lyon mais concernait la France entière et touchait également tous les autres pays industrialisés (rappel des prix dans les principales métropoles françaises en l’an 2000 : http://www.explorimmo.com/guidprat/gpach/fc_02_3.shtml);

-      en 1991, une bulle immobilière mondiale avait déjà éclatée ;

-      ma boulangère me faisait part de très nombreux articles de presse qui expliquaient cette envolée des prix par de très (trop ?) nombreux arguments mais dont malheureusement aucun, ne résistait à la moindre analyse critique. Ainsi, de « brillants » analystes financiers démontraient sur des pages entières que si les prix de l’immobilier augmentaient c’était parce que « la demande était supérieure à l’offre ». Toutefois, avoir fait 10 ans d’étude pour découvrir cela me laissait pantois ! (peut-être aurais-je du écrire une thèse démontrant que lorsque « la demande est inférieure à l’offre les prix baissent » ?) ;

Plus je recherchais d’explication sur la hausse des prix, plus ma conviction était faite que nous étions dans une bulle spéculative sans précédent. En septembre 2003, je décidais alors de stopper net tous mes projets d’achats immobiliers. J’avais été en 2000, le dindon de la farce, mais cette fois, j’étais un peu refroidi et les montants en jeu n’étaient plus du tout les mêmes !

« la colère est la seule chose qui court un danger. Si quelqu’un te trahi une fois c’est de sa faute, s’il te trahi une seconde fois c’est de ta faute »

Eleanor Roosevelt

Suite à mes recherches, je décidais d’alerter ma boulangère sur les risques qui représentaient alors l’achat d’un bien immobilier.

Ma désillusion fut encore grande (même si elle était malheureusement prévisible)!

Ainsi, mes mises en garde furent totalement vaines, ma boulangère et ses clients me regardaient tous comme un extraterrestre à chaque fois que j’osais évoquer dans les nombreuses discussions sur le sujet, le simple fait que les prix de l’immobilier puissent un jour baisser.

A chaque fois, la réaction à mon égard était la même  (d’une manière ouverte ou fortement sous-entendue): «il est frustré  car il n’a pas acheté en 2002 quand les prix étaient 40% moins cher», ou «c’est un communiste qui est contre l’accession à la Propriété », ou au contraire «c’est un marchand de bien capitaliste qui en véhiculant la peur d’un krach immobilier, veut provoquer la chute des prix pour tout racheter à prix bradés »….

Ne cherchez pas la cohérence entre ces différentes « remarques », il n’y en a pas…

« les grands esprits discutent des idées ; les esprits moyens discutent des événements ; les petits esprits discutent des gens »

Eleanor Roosevelt

A chaque fois, j’avais ainsi droit en boucle aux mêmes arguments :

- «  les prix ne font que rattraper leur retard par rapport à Londres » ;

- «  les anglais achètent tout » ;

- « les taux bas compensent la hausse des prix » ou sa variante, «il faut profiter des taux bas pour vite acheter» ;

- « peu importe le prix : si tu achètes cher tu revendras cher et inversement » ;

- « l’immobilier ça ne baisse jamais » ;

- « la hausse de la démographie explique la pénurie de logement » ;

etc…

Pour une illustration humoristique de la psychologie des acheteurs actuels : http://mapage.noos.fr/aspexpl/dt200509.htm

Paradoxalement, ces réactions unanimes me confortèrent sur l’existence d’une bulle car c’est, par définition, une condition sine qua non de sa formation. Malheureusement, historiquement, à chaque fois que l’unanimité s’est faite dans l’opinion des boulangères sur un dogme, quel qu’il soit (politique, philosophique ou économique), cela s’est toujours mal terminé…

Comme il m’était intellectuellement impossible d’entendre en 1999 que la bourse (+51% sur le CAC 40 cette année là !) puisse s’effondrer, ils leur étaient totalement impossibles d’imaginer une chute des prix de l’immobilier. Expliquer à quelqu’un qu’il ne doit pas acheter un bien qui se valorise de 20%/an n’est effectivement pas chose aisée!

« Quand on pense qu'il suffirait de ne pas acheter pour que ça ne se vende plus ! »

Coluche

Ma boulangère était ainsi devenue victime du célèbre syndrome du « Titanic ». Ce syndrome consiste à être tellement confiant dans un actif, qu’on en oublie qu’il puisse comporter des risques et on en oublie même, jusqu’aux issues de secours. 

En 1912, cet « actif » était le Titanic. C’était l’un des plus grand navire du monde, réputé insubmersible grâce à ses 16 compartiments étanches. Ce navire ne pouvant pas sombrer, il était par conséquent inutile de prévoir des canots de sauvetage pour tous les passagers : CQFD. En outre, lors du naufrage, les premiers canots de sauvetage partir à moitié vide car personne ne voulait alors quitter « l’insubmersible » pour des coques de noix : CQFD. La suite de l’histoire, on la connaît... 

J’ai alors fait un constat amer en visitant diverses boulangeries, tous les acheteurs qui sont passés à l’acte ces dernières années ont un point commun : aucun ne s’est donné la peine (ou n’a simplement jugé utile) de s’informer sur l’évolution ou les perspectives (même les plus optimistes), du marché immobilier. Le dogme du marché immobilier « insubmersible » était bien trop fort.

Alors que ma boulangère aurait pris au minimum 15 jours pour s’informer sur l’état de la technologie avant de choisir un nouvel ordinateur PC à 1.000 euros, elle n’avait pas pris 1 minute pour se demander pourquoi elle payait son logement le double de ce qu’il valait seulement cinq années plus tôt, alors que le prix de sa baguette n’avait pourtant pas connu la même évolution.

Selon le principe de base qui veut que « les conseilleurs ne soient jamais les payeurs », le présent site n’a en aucun cas pour objet de conseiller ou de dissuader ma boulangère de continuer à acheter de l’immobilier (de toute façon elle a pas Internet). Pour reprendre une lapalissade : « chaque cas particulier est différent ».

Ce site vous propose simplement, au travers des diverses questions que se pose ma boulangère, de répondre aux dogmes et idées reçues sur le marché immobilier.

Cette liste de questions n’est évidemment pas exhaustive, de même que mes réponses qui ne sont que des synthèses.

« La réponse est stérile, alors que la question est féconde ».

Proverbe chinois

Bonne lecture !

Pour une petite musique d’ambiance durant votre lecture, je vous recommande d‘écouter cette chanson ayant pour thème la bulle immobilière : http://fr.audiofanzine.com/produits/index,idproduit,71511.html

ROOSVELT

Posté par Roosvelt à 02:23 - Commentaires [58] - Permalien [#]


Commentaires sur EDITORIAL Bienvenue sur mon site ! Que vous soyez

    Reproduction de vos messages postés :

    Bienvenue dans le monde de ceux qui osent dire non

    je suis moi aussi lyonnais depuis 1999. je n'aurais pas pu acheter avant octobre 2002, période à laquelle le marché avait déjà explosé. résultat des courses, maintenant j'attends tranquillement, je place mes économies pour me faire un gentil apport et je regarde mes collègues de boulot s'endetter sur 20 ans pour acheter un bien qui perdra la moitié de sa valeur avant 5 ans !!
    Posté par jean-wil, 07 octobre 2005 à 00:10
    Bravo

    Merci pour cette analyse pertinente et bien rédigée.
    Posté par jmpoure, 07 octobre 2005 à 09:19
    bravo !

    Alors là, bravo !

    Cet excellent blog résume parfaitement la situation... Oui, cette bulle existe bel et bien, et elle ne demande qu'à éclater.
    L'argumentation employée est de très bonne qualité. Ca change du discours "officiel" (FNAIM, notaires, secteur BTP) !
    Posté par staccato, 07 octobre 2005 à 12:02

    Bel ouvrage, merci pour cet acte citoyen
    Globalement, un travail remarquable de contre-argumentations à tous les faux-semblants et préjugés erronés concernant l'immobilier résidentiel.

    Je note avec plaisir les références à de nombreuses maximes et dictons, sachant que les proverbes ne font que véhiculer le bon sens populaire au fil du temps.

    NetCrusader.

    Posté par NetCrusader, 07 octobre 2005 à 12:13


    Sombre avenir
    Je pense que vous êtes dans le vrai.
    Mais quelle sombre perspective économique!!!
    Pas fausse malheureusement.
    Les banques ont joué avec le feu; les gouvernements ont joué avec le feu; les particuliers ont joué avec le feu.
    Finalement, l'histoire n'est que répétition, globalement, nous ne savons pas retenir les erreurs du passé... Ou plus précisément, nous nous cachons derrière un :"c'est différent".
    On aurait pu pondérer le phénomène, mais finalement rien...
    Mais le coup des mesures electoralistes est encore plus flagrant! On a pas idée de voir sur du si court terme. Finalement, on en vient à dire qu'il vaut mieux que ça pête tout de suite.
    Plus ça pêtera tard, pire ce sera!
    Posté par JSP, 07 octobre 2005 à 13:46

    tip top
    Merci Roosvelt pour ce blog, le ton est juste et souvent drôle (je vous reconnais bien là!). Je n'ai pas encore tout lu, je m'en garde un peu pour plus tard. Continuez et saluez votre boulangère de ma part.
    Gougnette
    Posté par gougnette, 07 octobre 2005 à 16:33

    bvo
    je serais tres loin de pouvoir faire aussi bien.
    mais en lecteur attentif je trouve la synthèse parfaite pour ce qui concerne cette bulle.
    pour ma petite experience perso, j ai vendu en 2004 à un prix de bulle... et maitenant j attends patiemment mon heure.
    a titre d'exemple je negocie divers bien proposes à environ 30% en dessous du prix annoncé et pour le moment cela ne donne rien, toutefois je constate des baisse qui vont jusqu'a 20%. et je suis sur une region tres attractive!!!sud oise.. felicitations et je vais recommandé cette lecture.
    bien cordialement.
    Posté par aeronaute, 07 octobre 2005 à 19:29


    ça fait plaisir de voir que l'on n'est pas seul
    moi aussi j'habite Lyon(un joli village dans les monts d'or) et un appartement qui est devenu étroit pour mon activité et ai entrepris de chercher une maison en 2002.
    J'ai eu droit aux mêmes propos dans les agences(encore que là, cene soit pas très grave quand on connaît le niveau moyen requis pour travailler dans l'immb)et aussi autour de moi,ce qui est plus désespérant quand il s'agit de bac+7 voire d agrégés...pourvu qu'ils aient acheté peu cher 20 ans plus tôt et se félicitent de la manne que représente cette bulle.
    Faute de s'enrichir par le travail, ils ont l'impression d'avoir gagné au loto et refusent d'entendre tout élément d'analyse.
    j'ai provisoirement renoncé à mon projet aussi.ça n'a aucun sens d'acquérir un taudis pour y laisser le tiers de ses revenus et 20 d'économies + payer o scandale plusieurs mois de salaire de frais de mutation!!!
    alors je me défoule sur les forums et j'attends...
    je ne pense pas que le rapport des notaires soit très honnête, tellement il cherche à noyer le lecteur dans des tonnes de chiffres qui reprennent des données partielles.il cherche à sauver le plus longtps possible les privilèges acquis grâce à la bulle.
    bravo et merci pour votre blog!!!
    Posté par isabulle, 07 octobre 2005 à 20:20


    bravo
    bravo pour cette analyse!!!!
    je recommanderai ce site à tout mon entourage!!!
    Posté par calinou, 07 octobre 2005 à 21:04


    pour le confort
    Ton Blog est trés sympa, continu !
    Toutefois pour plus de confort pendant le surf, il serait bien agréable que tes liens ouvrent une nouvelle page plutôt que de faire perdre la page en cours.
    Bien cordialement.
    Posté par loic, 07 octobre 2005 à 22:29


    Bien sur
    Votre boulangère s'est certainement demandé pourquoi il y avait plus d'agences immobilières et que de boulangeries dans sa ville..

    "Ce n'est que quand il fait nuit que les étoiles brillent."
    Winston Churchill

    Merci
    Maxime
    Posté par Maxime, 08 octobre 2005 à 09:44


    Excellent.
    Bravo pour cet excellent blog. Il est hyper complet et tout est très bien expluiqué : pas de doute à avoir sur la suite...
    Posté par krachimmo, 08 octobre 2005 à 19:44

    Posté par Webmaster, 10 octobre 2005 à 10:51 | | Répondre
  • Je partage votre analyse après avoir parcouru votre site passionnant,
    Je ne veux surtout pas polémiquer mais vous exposer des réflexions que je me fais quant à un éventuel rachat (étant locataire après avoir vendu suite à un divorce il y a 2 ans)
    mais...
    1)Il me semble n'avoir vu nulle part, dans votre site, les fondamentaux évoqués qui tireraient l'immobilier à la baisse: QUELS SONT-ILS? (revenus, degré d'imposition, pyramide des ages, décroissance de la population?)
    2)il me semble que la hausse est un "garage à inflation" qui arrange bien tout le monde, et surtout l'état, sauf les primo accédants...
    -Les prix ne sont pas inclus dans les indices,
    -la ponction réalisées sur les ménages est "indolore pour eux" ! puisqu'il acquièrent un BIEN!!!
    3) la hausse des prix permet une amélioration de l'habitat et un meilleur entretien des vétustes, (puisque c'est cher c'est précieux)
    4) la hausse des prix fait tourner le secteur du batiment, PEU IMPORTATEUR, et favorise l'emploi et une meilleure qualité des constructions neuves...
    CECI DIT reste à savoir quels seront le niveau et la durée de la hausse? Peut être qu'il serait interessant de confronter les facteurs qui poussent à la hausse et ceux à la baisse...
    C'est une piste de travail
    MERCI de vos réponses...Amicales

    Posté par avocat du diable, 14 octobre 2005 à 18:37 | | Répondre
  • La bulle

    Salut à tous,
    si vous voulez plus d'infos sur les perspectives de l'immobilier en France venez sur :
    http://monimmobilier.blogspot.com

    A+

    Posté par XAv, 30 janvier 2008 à 17:56 | | Répondre
  • Bienvenue dans la secte des baissiers !

    Welcome to the club !

    La secte des baissiers grossit de jours en jours.
    Les blogs fleurissent en pagaille. Le votre est très bien, continuez, rajoutez des couches et diffusez la bonne parole :

    Le retournement est en cours, l'immobilier est à la veille d'une chute terrible !

    A bientôt peut-être sur le forum de la bulle, entre autres.

    Murps, l'over-baissier de l'immobilier.

    Posté par Murps, 15 octobre 2005 à 13:51 | | Répondre
  • Parfait

    Epatant, excellent!!
    Je suis d'accord avec vous pour penser que l'explosion ne pourrait arriver, hélas à tout point de vue, que dans une période de 3 à 5 ans, car il y a tellement d'intérets conjugués, représentant des sommes tellement gigantesques, auprés de tant de particuliers, que l'inertie sera forte et la sourdité puissante.

    Même si les moteurs s'arrêtaient, ce qui n'est pas encore le cas, je crains que le train continue à avancer longtemps.

    Sauf à dérailler ..

    Un facteur nouveau qui pourrait également contribuer à accélérer la fin de la bulle: la pollution et l'augmentation des canicules surtout sensibles dans les grandes villes dont chacun se fait le témoin de plus en plus souvent.

    Posté par jt75, 15 octobre 2005 à 20:04 | | Répondre
  • Comme du bon pain.

    Craquant, croustillant et qui tient bien au ventre.

    On en redemande à ta candide et délicieuse boulangère !

    Posté par Mouna, 16 octobre 2005 à 18:04 | | Répondre
  • enfin un lyonnais s'exprime sur la bulle

    Bravo pour cette synthèse et son ton humoristique.
    Nous sommes également lyonnais et avons reherché pendant 3 ans l'appartement de nos rêves, économisant toujours plus, prêts à nous endetter toujours plus mais sans jamais atteindre l'objectif...nous avons abandonné depuis 6 mois avec soulagement, nous vivons bien et tant pis pour l'appartement... Nous avons quand même le sentiment que si nous avons déclaré forfait avec des revenus confortables nous ne devons pas être les seuls, la demande devrait donc bien se tarir un jour...Les appartements hors de prix que nous avons visités sont d'ailleurs souvent encore à vendre ou le sont resté pendant des mois et leurs prix ont souvent baissé (sans jamais devenir raisonnables cependant: ex 689 000 à 570 000 euros pour 160 m² sur quai de saone). Par ailleurs les notaires avouent une stagnation de leur activité depuis qques mois et nos conseillers en banque considèrent également qu'acheter maintenant c'est vendre à perte plus tard. Pour autant les prix de mise en vente continuent leur ascension sur lyon et tout notre entourage nous regarde avec pitié comme des pauvres imbéciles "qui n'ont pas su acheter tant qu'il était encore temps et qui préfèrent attendre que les prix grimpent encore, plutôt que d'accepter de quitter le centre ville et d'acheter une surface plus modeste".

    Posté par Pierre, 16 octobre 2005 à 23:12 | | Répondre
  • Excellent!

    Je ne sais pas si vous avez raison, je prie pour que ce soit le cas!
    Mais je vous félicite pour ce blog et pour le ton génial!

    Mon mari et moi rêvions d'acheter depuis 5 ans, mais maintenant que nous pouvons... Tout est hors de prix!
    Bien sûr nous pourrions faire comme tous nos amis et relations: au choix: acheter beaucoup plus petit que prévu, sans le terrainn rêvé et avec deux chambres en moins pour les enfants, acheter dans une banlieue invivable et le tout pour 20 ou 25 ans d'endettement!

    Mais tout ceci nous semble absurde! Mon mari et moi ressentons la même chose: nous ne pouvons nous résoudre à de telles absurdités.

    Alors nous patientons, bien tranquillement et nous envions nullement les fabuleux investisseurs du moment!
    Certes nous sommes toujours locataires mais nous vivons désormais dans le sud de la France où mon mari a bénéficié d'une mutation avantageuse par rapport au salaire de Paris, pour 780 euros par mois, nous avons trouvé une villa trés sympa de 110 m² où il fait bon vivre avec nos deux jeunes enfants, sans nous serrer la ceinture et sans faire de cauchemars de prison banquière pour 20 ans!
    (c'est un loyer qui part tous les mois, je le concède mais bien raisonnable par rapport à Paris et largement en phase avec nos revenus)

    Nous essayons surtout de nous renseigner, c'est ainsi que j'ai découvert votre blog et nous nous délectons de ce vent là...

    Nous verrons bien ce qui arrivera!
    Peut-être êtes-vous dans le vrai et alors nous serons les plus heureux d'avoir attendu...
    Peut-être que les prix continueront de monter jusqu'à la fin des temps et dans ces conditions, nous ne regretterons jamais de ne pas avoir accédé à cette propriété là!

    merci encore pour votre blog...

    A suivre...

    Cottington

    Posté par cathy, 18 octobre 2005 à 17:02 | | Répondre
  • Excellent ce blog !
    Je ne suis pas lyonnais (mais toulousain et afficionado de janot51), mais le problème est le même dans toutes les grandes villes. Enfin, je ne passe plus pour le loser qui préfère balancer un loyer (de 470 € !) plutôt que de s'endetter comme un malade pour 30 ans ! C'est qu'il faut résister aux amicales pressions de son entourage qui poussent à acheter ! J'ai beau leur dire que si j'achète maintenant, je ne serai toujours pas propriétaire à ma retraite, personne ne tient de discours rationnel. Merci encore pour les arguments massue que je vais pouvoir ressortir. J'espère même sortir quelques amis de ce guêpier ...
    Kingkhan

    Posté par kingkhan, 18 octobre 2005 à 18:55 | | Répondre
  • Je suis un peu comme votre boulangère et lyonnaise de surcroît.

    Je me réjouis d'avoir pu acheter un 3 pièces avant que les prix deviennent véritablement déraisonnables.

    Mais aujourd'hui ma famille s'est agrandie et le 3 pièces devient petit, vraiment trop petit. Alors je rêve : mon 3 pièces a doublé sa valeur en deux ans. Quelle plus value

    Vendre pour racheter. Mais acheter quoi : voire la folie des prix.

    Je suis une boulangère qui a tenté de suivre attentivement votre analyse.

    Je me suis dit : si j'ai bien compris : éviter de subir le krack c'est vendre aujourd'hui, louer demain et acheter plus grand après demain.

    Votre éclairage serait le bienvenu ... Vous aurez alors des croissants tout chaud.

    Posté par Angêle, 18 octobre 2005 à 22:35 | | Répondre
  • Bonjour,

    J'ai ajouté un lien vers votre bog depuis le mien (http://blog.dechenaud.com), si vous n'y voyez pas d'inconvénient. Mon blog raconte la création de mon entreprise dans le domaine de la recherche immobilière.

    Même si je ne partage pas vos analyses, je trouve l'éclairage intéressant, et je pense qu'il peut intéresser les lecteurs de mon blog.

    Cordialement.

    Jean-Hubert

    Posté par Jean-Hubert, 20 octobre 2005 à 13:56 | | Répondre
  • Merci pour cet excellent site

    Cher Roosvelt,
    J'ai découvert votre "blog" par hasard et j'en ai lu toutes les questions-réponses. J'ai beaucoup aimé vos commentaire que je trouve pleins de bon sens, bien argumentés (car vous semblez bien connaître la finance et l'économie) et présentés avec beaucoup de pédagogie. Je les ai tellement aimés que les ai regroupés dans un document MS Word (près de 70 pages, soit environ 600K), en corrigeant les fautes d'orthographe et les lourdeurs de style et en ajoutant quelques notes personnelles, car je veux l'envoyer par e-mail à des amis. Si vous êtes intéressé d'avoir ce document MS Word, je peux vous l'envoyer, car il pourra être utile à d'autres personnes. Vous pourriez le placer sur votre site de façon que les gens puissent le charger. Entre parenthèses, j'ai fait rajouter le nom de votre "blog" sur Paris Bulle.
    Maintenant retraité, je suis un expatrié aisé (donc je ne suis pas à plaindre) qui depuis cinq ans cherche chaque hiver une maison ou un appartement sur la Côte d'Azur et je suis passé par des expériences semblables à celles décrites par beaucoup de personnes (très moche le plus souvent et à des prix monstrueux). Refusant de passer pour un "pigeon", j'ai donc décidé d'attendre et d'observer.
    Selon moi, le krach a déjà commencé à la fin du printemps 2005(pour diverses raisons techniques ; à ce sujet il est intéressant d'observer le décalage de 12 à 18 mois entre les prix de Londres et Paris). Suite au "principe de symétrie" des catastrophes, il risque de durer de 6 à 7 ans. La première année, les prix peuvent rester stables et même légèrement augmenter, mais les stocks vont énormément grossir. La deuxième année, chute de 4 à 5 %. Puis grosses chutes d'environ 10 % dans les années suivantes. À ce sujet, l'étude du krach immobilier mondial de 1991 (qui est une conséquence, avec quatre ans de retard, du krach bousier de septembre 1887 que j'ai vécu et qui m'a donné une magistrale leçon) est particulièrement intéressante. De toute façon, par l'"effet de compression", plus les effets du krach se feront attendre, plus il sera désastreux.
    Je vous conseille de lire le 'Rapport de Phillipe Marini présenté à la Commission des Finances du Sénat" [http://www.senat.fr/rap/r05-006/r05-0061.pdf]. Il est aride et, selon moi, bon nombre de ses observations et conclusions sont erronées, mais, malgré tout on y apprend bien des choses !!!
    Avec tous mes remerciements,
    B. A. L.

    Posté par B. A. L., 20 octobre 2005 à 15:04 | | Répondre
  • bravo

    et merci...

    je ne me sens plus seul , je vis dans une région convoitée car touristique.
    Chaque fois que j'ai eu l'audace d'insinuer que les prix pourraient s'effondrer (car je ne vois pas dans quelle mesure une décroissance raisonnable pourrait survenir plutot qu'une chûte brutale dans la mesure ou personne n'est obligé d'acheter mais a plutôt intêret à attendre le plus possible en cas de baisse) je n'ai provoqué que sourires entendus
    Tu exposes avec talent et exemples à l'appui tous les arguments qui conviennent

    encore bravo

    Posté par michel, 01 novembre 2005 à 01:48 | | Répondre
  • marché artificiel

    bonne analyse.
    Je pense que le marché est artificiel pour 2 raisons fondamentales:
    -d'une part l'inflation 2%(officiellement)plus proche si on y intègre les données hors sous jaccente(ènergie et alimentation)de 6.5%.or mécaniquement,dérappage inflationiste implique une remontée des taux courts.
    -d'autre part une économie en berne depuis 2001 ayant pour seul relais de croissance le marché immobilier,qui à lui seul depuis 5 ans soutient l economie.
    -pour terminer, je pense que depuis 2001 passage à notre CHER euro,dans un contexte inflationiste,
    mais sans croissance ,le marché de l'immobilier entretenu depuis 5 ans (quand le batiment va tout va )a fait office de roue de secours à une croissance molle (pèriode de 8 à 10ans).

    Posté par minelskling, 02 novembre 2005 à 17:24 | | Répondre
  • As-tu des news de bulle immo ?

    Ton site est très pédagogique et j'en fait la publicité. As-tu des nouvelles du site bulle immobilière de JM Pouré (par lequel j'ai connu le tien) qui est aux abonnés absents ?

    Merci,

    Posté par Anaxagoras, 04 novembre 2005 à 04:26 | | Répondre
  • Bravo

    De belles analyses convaincantes ! Bravo !

    Posté par BRAVO, 05 novembre 2005 à 16:09 | | Répondre
  • un éclairage complémentaire

    Bonjour,

    L'analyse conduite ici essaye de tordre le cou à un certain nombre d'idées reçues. C'est courageux. j'ai de mon côté essayé d'analyser le marché immobilier à partir d'une de ses tendances de fond qu'est l'analyse financière. En partant du principe qu'un comportement financier est toujours rationnel (ou finit toujours par le devenir).

    Si ça intéresse quelqu'un, je livre cette analyse aux critiques bienveillantes. http://perso.wanadoo.fr/jacquet.fabrice/Immobilieranalysefi.pdf


    Ceci dit, je me demande à quoi servent ces études et analyses. N'est-il pas désespéré d'essayer de convaincre son prochain ? Ne convainc-t-on pas uniquement ceux qui sont déjà acquis à nos idées ? Je vous livre cette réflexion pleine d'optimisme écrite à la fin du XIXè siècle par Gustave Le Bon dans "Psychologie des foules" : "Il ne faut pas croire que c'est parce que la justesse d'une idée est démontrée qu'elle peut produire ses effets, même chez les personnes cultivées. L'évidence éclatante pourra être reconnue par un auditeur instruit ; mais il sera vite ramené par son inconscience à ses conceptions primitives. Revoyez-le au bout de quelques jours et il vous servira à nouveau ses anciens arguments, exactement dans les mêmes termes."

    Posté par FAJ, 15 novembre 2005 à 17:52 | | Répondre
  • Je ne crois plus en vos conseils...

    Cher Roosevelt,

    Je suis un lecteur assidu de votre blog depuis maintenant 3 ans. Lorsqu'en 2003 j'ai eu comme projet d'acheter un appartement, la rumeur d'une baisse de l'immobilier planait déjà.

    A cette époque, les premiers blogs sur les risques d'un crach apparaissaient. Le votre, fort bien écrit d'ailleurs, a fini par me convaincre de ne pas faire cette grosse erreur.

    Aujourd'hui 5 ans plus tard, l'immobilier en France ne s'est toujours pas éffondré. Le ralentissement de la hausse des prix est visible mais continuent de croitre au rythme de l'inflation...!
    Les dernières analyses économiques anticipent même un redemarrage du marché.

    Bref, depuis 5 ans j'hesite à acheter et je paye chaque mois un loyer pour mon petit appart parisien qui lui en revanche progresse continuellement.

    Votre blog me parraissait pourtant sincere et fondé... je m'interroge aujourd hui sur votre objectivité. Vous faites systématiquement la critique de certaines sources type fnaim dont les analyses sont finalement beaucoup plus proches de la réalité que les votres... a posteriori!

    Mon meilleur ami, qui critique regulièrement vos analyses, a finalement décidé d'acheter en 2004. Aujourd hui son appartement a pris 60% et il se frotte les mains.

    Je doute désormais de vos compétences à anticiper ce marché... peut-être est-il encore temps de nuancer votre analyse ?
    Un bon économiste anticipe à court terme (3-5 ans)au delà il s'agit de prospective... Etes-vous économiste ?

    Dans l'attente de votre éclairage sur cette malheureuse expérience.

    Merci

    Posté par Investissor, 26 mars 2008 à 17:10 | | Répondre
  • Spécial dédicace pour notre nouveau troll "Investissor"

    http://www.adef.org/statistiques/graphactu.doc

    En ragardant ce graphique, libre à vous de vous fier aux bons "économistes qui anticipent à court terme (3-5 ans)"...une "stabilisation" des prix...

    Je vous rappelle l'anticipation de ce grand économiste, en septembre 1929 :

    "Le prix des actions a atteint ce qui paraît être un haut plateau permanent."
    Irving Fisher (professeur à l'université de Yale).

    Pourtant là c'était du très court terme...

    En ce qui concerne mon site, 3 ans après son écriture, je me dis qu'il était difficile de faire plus précis sur ce qui s'est effectivement passé depuis...

    ROOSVELT

    Posté par Roosvelt, 04 avril 2008 à 13:51 | | Répondre
  • question

    "Bien" conseillée par ma boulangère, j'ai acheté une bouse (pardon, un logement en "de Robien") sur Vichy, nettement au-delà de son prix (achat à 3900 euros/m² pour un marché entre 1300 et 1800 euros/m²). Le logement n'est pas encore livré que le gestionnaire m'informe déjà qu'il cède sa gestion à quelqu'un d'autre, et que les loyers seront "légèrement revus à la baisse" (30% de moins).
    Par ailleurs, le constructeur m'informe d'un retard de 3 mois, imputable aux "intempéries": j'ai signé en octobre 2007, le justificatif concerne des intempéries datant d'octobre 2006 à mars 2007 (pourquoi n'en a-t-il pas parlé alors?).

    Je n'ai pas encore fini de payer (il reste 10%); que puis-je faire? Vers qui me tourner?

    Merci d'avance pour votre réponse.

    Posté par caro_oo7, 21 avril 2008 à 16:55 | | Répondre
  • Blog

    Bonjour à tous,

    venez découvrir mon blog immobilier sur :

    http://monimmobilier.blog.capital.fr

    A tout de suite !

    Posté par XAv, 23 avril 2008 à 20:12 | | Répondre
  • my 2 cents

    Bonjour,

    je vis a Manhattan depuis 6 ans, et les prix ont egalement double voire triple dans certains quartiers.

    Je vis actuellement en colocation, (3 personnes dans un 4 pieces, au loyer total de $4800/mois) apres avoir tente d'acheter, mais vu les niveaux des prix, j'ai decide d'abandonner.
    Je gagne ma vie correctement, mais je suis incapable d'acheter un studios 300K et 450K, malgre mon petit pecule....

    A quand la baisse, j'en ai bien besoin!!!

    Posté par manhattan, 16 décembre 2005 à 21:14 | | Répondre
  • La douce odeur de la baisse !

    Sentez mes amis cette douce odeur qui nous chatouille les narines...C'est la baisse de l'immobilier.

    http://immo-la-crise.blogspot.com/

    Posté par Dan, 27 mai 2008 à 15:18 | | Répondre
  • Pas de crack... sorry

    salut a tous,

    J'ai 30 ans et je suis ingenieur employe a plein temps. A temps partiel je batis un portefeuille immobilier locatif (appart et immeuble de logements)... Je crois dans la pierre pour plein de raisons...je pense que malheureusement pour vous lecteurs... que la bulle est dans votre bain. Il restera ING direct pour placer votre cash.
    Si il y a une baisse des prix, elle sera limitee aux produits immobiliers mediocres et surestimes. Si un achat est fait avec bcp de logique et de raison alors la baisse sera tres faible.
    Ceux qui vont se faire pigeonner.. ce sont les pigeons... les pros... ils tiennent les rennes du marche.
    La qualite ne baissera pas.

    AlexC

    ps utile: ma technique pour savoir si les choses vont bien ou pas... c est pas de regarder les taux d interets, de se branler sur les courbes de natalite et faire des 150 pages de theories bidons.... avec les facteurs ci et les facteurs ca...
    Le financement c'est les banques... et leur argent est plus precieux pour eux que le votre pour vous... alors tant que les banques pretent le crack est loin. Le jour ou elles vont se retirer, on pourra parler de crack...

    Posté par AlexC, 27 décembre 2005 à 05:07 | | Répondre
  • Hum...

    J'ai lu avec attention votre blog, ainsi que les nombreux commentaires qui y sont développés...et je me suis bien amusé !
    La nature humaine a besoin de se retrouver derrière des oriflammes ou des étendards et votre blog en est la parfaite illustration. Je suis un "Anti-Ceci" et je me bats contre les "Anti-Celà"! Montjoie !
    Une question me vient à l'esprit (que je sens particulièrement développé chez vous...): Est-ce la bonne bataille ? Vous me faîtes penser à ces gens "engagés", ces "citoyens", qui consomment bio en achetant leur produits à Carrefour, même s'il sont 'anti-mondialisation"...dont les tee-shirts, jeans et basketts sont fabriqués en Inde par des gamins mal-nourris mais qui boivent du café Max Havelaar...qui protestent contre la pollution automobile mais roulent en Diesel propre...en Fiat par exemple, meilleur rapport qualité/prix mais qui a été longtemps n°1 de la fabriquation de mines anti-personnelles!
    Bref, vous voilà le nouveau pourfendeur d'un monde impitoyable, le Don Quichotte d'une révolution à l'eau de rose où tout le monde et vous en premier, se mord la queue !
    L'intérêt de votre blog? Apparemment vous seul le connaisez ! Pour ma part, il y a d'autres actions concrêtes à mener afin de répandre le bonheur autour de moi. La vie associative a ainsi ses merveilles de rencontres et de temps passé à aider l'autre.
    Posez vous les bonnes questions et peut être alors aurez vous les bonnes réponses.
    De l'esprit, vous emblez en avoir. De l'intelligence aussi et vous maniez les mots correctement, sans non plus avoir la maestria d'un philosophe éclairé, je vous rassure, même si les réponses reçues ont certainement flatté un égo qui n'avait pas besoin de ça...
    Une dernière chose, je suis...consultant immobilier ! Vil et perfide. Bonimenteur de grand chemin, détrousseur de bonnes gens. Ambassadeur du Grand Kapital. "Ravalé, homme pressé, mes conneries proférées sont le destin du monde..."Ainsi chantait Noir Désir. Vous connaissez sûrement. Bertrand Cantat, celui qui a frappé sa femme et l'a tuée...

    Posté par PrinceYoop, 12 janvier 2006 à 11:34 | | Répondre
  • Où es-tu ? (AFIM)

    Bonjour Roosvelt !

    Nous sommes plusieurs à vouloir de tes nouvelles sur bulle-immobiliere.org, concernant l'AFIM !

    Où es-tu ?

    Nous sommes très enthousiastes et de nouvelles réflexions intéressantes ont alimenté le débat...

    Posté par Chaoahn, 31 janvier 2006 à 13:10 | | Répondre
  • commentaire

    salut ROOSVELT je viens de tombe sur ton site sur une ancienne page de 2005 et je voudrais savoir ce que tu pense du correctif de l'analyse que tu a faite a cette epoque
    http://question6.canalblog.com/archives/2005/10/06/869545.html#comments

    salutation

    Posté par xenon2, 24 octobre 2008 à 14:07 | | Répondre
  • Réponse à Xenon2

    Bonjour Xenon2,

    J'avoue ne pas avoir compris la première partie de votre message postée à la question 6, je répondrais donc à votre conclusion ci-après reproduite :

    "De plus comme promis si vous m'avez bien suivie je devais vous parler de l'éventuelle baisse de 40% du prix de l'immobilier sur lequel toutes les hypothèse sont base. Sur ce point il est vrai que l'immobilier a fortement augmenter ces dernières années bien plus que d'autre biens de consommation. Toutefois une baisse de 40% me semble vraiment utopique (enfin on est dans le monde de régis alors ) je tiens a signaler que le prix d'un objet n'est pas seulement issus de l'offre et de la demande,et de la conjoncture de ce marche mais également de facteurs psychologiques subconscients
    je vous prendrais mon exemple j'ai acheter 2 appartements un studio en 2001 et un F3 2002 pour 37500€ pièce (je sais je suis pas régis)
    au dela de leurs valeur réel actuelle de transaction de 120000 et 160000
    une renault megane coute aujourd'hui un peu moins de 20000€ quant bien même le marche de l'immobilier se retournerais 2 megane ne couterons jamais le prix d'un appartement et ce n'est donc pas la peine de vouloir troqué vos voiture contre un de mes appartement.
    La valeur d'un biens s'évalue également les uns par apport au autres pour qu'un tel phénomène puisse se produire il faudrais une crise non seulement de l'immobilier mais de tout les autre secteurs d'activité (auto transport alimentaire commerce industrie ...)"

    Vous partez du postulat que l'immobilier ne baisse jamais ou très peu, si j'ai écrit ce blog c'est pour expliquer à ma boulangère que ce n'est malheureusement pas vrai...
    Maintenant si vous partagez ce postulat, qui nous a amené là où nous sommes ("Suprime titrisé" noté triple AAA car "l'immo ça ne baisse jamais" etc..)il est évident que l'achat à n'importe quel prix est toujours gagnant...
    Mainteant vous nous expliquez que jamais un appartement ne vaudra le prix de deux voitures Mégane ? Pourtant en 2001, c'est le prix que vous avez payé les dits appartements ??? A l'époque, il y a donc à peine 7 années, des "regis" ont pourtant accepté ce troc qui vous semble aujourd'hui surnaturel !!! En 2001, combien coutaient 2 méganes ?
    Par le présent blog je tente d'expliquer qu'il en sera demain de même, ne vous en déplaise, un tas de cailloux aura toujours une valeur ajoutée inférieure à celle d'une voiture qui implique d'autres savoir faire et autres téchnologies. On l'a malheureusement oublié depuis plus de 5 ans...

    En définitive, si j'ai un conseil à vous donner, évitez les postulats sans aucune base (sinon il est préférable de lire le site de la FNAIM) et relisez ce blog attentivement...

    Cordialement

    ROOSVELT

    Posté par Roosvelt, 04 novembre 2008 à 21:38 | | Répondre
  • Réponse à Alex C message du 27 décembre 2005!

    AlexC a écrit sur cette page en 2005 :

    "Le financement c'est les banques... et leur argent est plus precieux pour eux que le votre pour vous... alors tant que les banques pretent le crack est loin. Le jour ou elles vont se retirer, on pourra parler de crack..."

    Si AlexC pouvait de nouveau poster son analyse...eu égard à la situation de 2008, ce serait super interessant...

    "On gagne toujours à réflechir.....AVANT!"

    ROOSVELT

    Posté par Roosvelt, 04 novembre 2008 à 22:15 | | Répondre
  • Excuser moi, mais je n'affirmais pas du tout que le prix de l'immo baisse pas ou très peu. il fluctue certes mais parier sur une baisse de 40% c'est comme dire a mon sens que demain le prix de la baguette baissera de 40%(d'où l'expression du mot utopie).
    En règle générale tout les prix augmentent c'est l'inflation (il y a bien longtemps qu'on a pas connue une période de déflation dans ce pays. Alors parier la dessus!!!)
    Pour ce qui est de la crise des subprimes il est fort drôle de voir comment ce phénomène AMERICAIN a été sur-médiatisé. pour info hier la bnp au bord du gouffre (il semble indispensable a tous quelle soit obliger de souscrire au prêt lagarde) a publier hier ses résultats du 3eme trimestre => 901 millions de bénéfice!!! (dont un cout du risque de 2 milliards) voila un résultat que beaucoup d'entrepreneurs reverraient d'avoir.

    pour l'histoire des meganes, vous avez du mal me comprendre il est clair qu'en 2001 2 megane ne valais pas 37000 € chose qu'elle valent aujourd'hui. a l'époque mon appartement valais donc plus de 3 meganes et ce que je dit c'est qu'a moins d'une crise totale ce rapport de proportions devrais rester a peu près le même donc au minimum 65000€.(donc au pire 40% de baisse du tarif actuel mais avec une plus valus de 175% par apport au prix d'achat)
    pour ce qui est du prix du marche de l'immo je suis tout a fait d'accord avec vous sur 1 point c'est qu'il est devenu exorbitant mais l'augmentation que nous avons connus est moindre qu'en Angleterre par exemple la chute devrais donc être moindre. Et les comparatif avec ce qui ce passe ailleurs doit être pris avec des pincette (+7% aux US le mois dernier par exemple comme quoi).De plus il ne faut pas oublier qu'aujourd'hui le crédit sur 20 ans n'est plus d'actualité mais on est plutôt sur des durée de 25-30.
    Enfin je note que votre analyse ne repose que sur 2 hypothèses en 1 la baisse de 40% de l'immo (ce qui reste peu probable mais je ne suis pas obtus donc je dirais envisageable).Mais surtout en 2 sur l'idée que les gens qui achètent revendent au bout de 20 ans. Et je pense que c'est la qu'est votre erreur en effet c'est a partir de ses 20 ans de crédit que l'acquéreur encaisse ses bénéfices. Vous devriez faire tout vos calculs de rentabilité mais sur une période de 40 ans. Car c'est vraiment a partir de 30 ans que les 2 courbes ce croisent (celle de la location et celle de l'achat).En définitive si vous avez 60 ans vous pouvez vous poser la question de savoir s'il est préférable d'acheter,mais a 30 ans la question ne se pose même pas,a condition toutefois de trouver un bien intéressant il ne s'agirait pas non plus comme votre boulangère d'acheter n'importe quoi a n'importe quel prix.
    c'est un peu comme si vous demander a une personne qui n'as pas de voiture si cela est intéressant d'en acheter une ou de la louer. si c'est pour partir en vacances 1 semaine la réponse sera non. Si c'est pour allez au boulot tout les jours sur les 15 prochaines années la réponse pourrait être tout autre. Ou l'on pourrait prendre l'exemple d'une machine a laver et d'une laverie,ou d'être patron et crée sont entreprise ou reste salarie. Les exemple ne manque pas. Tout ce résume en 1 seule chose est il plus intéressant d'investir. A cette question il n'y a pas de réponse magique ni pour l'immo ni pour le reste. Vous pouvez avoir un accident de voiture a 30 ans et regretter de ne pas avoir flambe votre argent ou vous retrouver sous un pont a 60 ans car vous n'avez plus de quoi payer votre loyer. Tout dépendras de vos choix de vie. Un peu comme la cigale et la fourmi (Les 2 se valent tout dépendras du quant arrive l'hiver)

    Posté par Xenon2, 08 novembre 2008 à 13:40 | | Répondre
  • A épaissir en données

    Salut!

    C Daget,

    Bonne lecture mais il manque un graphique historique des prix de l'immobilier; celà aiderait les gens à voir le cycle de baisse et d'augmentation des prix.

    1ere remarque: le prix dans l'immobilier est fait par les acquéreurs car c'est eux qui dégaine leurs chèque au final, les agents immobiliers suivent simplement la vague et en profitent.(c'est le commerce)

    2eme remarque: j'espère que tu n'as pas acheté à perte comme à la bourse

    3eme remarque: pourquoi ne pas avoir réinvesti en bourse lorsqu'elle était au plus bas? (2001) Aujourd'hui les actions valent environ 2 fois plus.

    4eme remarque: MDR lien sur les pigeons. C'est comme ça qu'on les appelle.

    Posté par Daget, 03 mars 2006 à 15:23 | | Répondre
  • PS:

    Un oubli de ma part.

    La fôret immobilier appartient au réseau Auguste Thouard; immobilier d'entrprise.

    Auguste Thouard fait partie du groupe BNP Paribas; une banque parmi tant d'autres.

    Marrant comme association: Agence immobilière=Banque.

    Faudra surveiller leurs pertes dans peu de temps.

    A suivre

    Posté par Daget, 03 mars 2006 à 15:36 | | Répondre
  • Krach immobilier...

    Salut

    Je voudrais pas dire, mais je l'attends toujours moi ce fameux éclatement de la bulle immobilière...

    Je commence à me dire que tout ceux qui ont parié sur cette hypothèse ont déjà perdu !!

    Posté par froud, 07 avril 2006 à 14:10 | | Répondre
  • TOUT VIENT A POINT...

    Patience Froud...comme le disait si bien Jmpoure en haut de page, place tes économies en attendant des jours meilleurs (ça dépend pour qui!)
    Un rapide calcul te démontrera que, actuellement, louer un appart à 500 euros/mois en épargnant la même somme et en faisant fructifier ton futur apport personnel, te permettra, dans quelques temps, lorsque les prix seront devenus attractifs (si,si!)d'acheter un bien 30 ou 40% moins cher que maintenant tout en engageant un crédit moindre puisque tu as épargné jusqu'ici...
    J'habite le Beaujolais, il y à quelques mois encore, une villa lambda des années 90 de 120 m², sur un terrain de 900 m² avec piscine (pour les pigeons c'est vendeur!), se négociait 360 000 euros!
    Les vendeurs vous regardaient de haut en vous laissant comprendre que le lendemain soir la maison serait vendue!
    Aujourd'hui, on se rend compte, que le nombre de maisons en vendre est en forte hausse, et que certains vendeurs entament les négociations avec un rabais de 50 000 euros immédiatement!
    En propriétaires informés et avisés: EUX SAVENT!
    Ils savent quoi?
    Que le temps de la folle spéculation ou le gentil vendeur cédait son bien acheté 75 000 euros et revendu au gentil acheteur 250 000 n'est plus d'actualité!
    La roue tourne, reste à bien amorçé le virage, sans se faire doubler par les banques qui n'attendent qu'un signe pour aligner leurs taux!

    Posté par alderabaan, 20 mai 2006 à 07:05 | | Répondre
  • OK, moi je veux bien, encore faut il avoir la capacité de faire cette épargne... Perso j'habite Montpellier, je paie 750€ de loyer pr 1 F3 (ce qui est relativement raisonnable ici). Sachant que ce loyer représente déjà presque notre taux d'endettement maxi, l'épargne est plus que limitée...
    Les prix se stabilisent OK, ils ne négocient meme désormais je suis d'accord. Ici les villas aux alentours de Montpellier (on laisse tomber Mtp intra muros puisque ds les nouveaux quartiers, un F3 neuf ou récent dépasse ces 300 000€...) se vendent au mini 300 000€ (100m² maxi, terrain 400 m² grand max), et à ce prix il faut voir la qualité des constructions... Et en dessous de 300 000, il faut voir les taudis. Alors si OK mntnt il est possible de négocier, il n'empeche que le prix final au lieu d'etre très prohibitif reste mntnt prohibitif. Ici je ne vois pas comment on pourrait revenir aux prix raisonnables d'avant (avant où il fallait déjà enprunter sur plusieurs dizaines d'années), compte tenu notamment de l'attractivité de la région.
    Le seul espoir pour la catégorie de personnes comme nous d'acheter serait effectivement l'éclatement de ladite bulle, une stagnation voire 1 baisse raisonnable des prix n'y changera rien. D'où mon impatience puisque cela fait mntnt qques années que certains l'affirme. Le problème est dc ajd toujours entier, et j'ai du mal à comprendre que mettre 750€ ds 1 loyer reste financièrement plus avantageux...

    Posté par froud, 03 juin 2006 à 11:15 | | Répondre
  • Ah si tout était si simple...

    Bon, d'abord pas de fausse honte à le dire: agent immobilier je suis! Je ne roule pas en Porsche décapotable et je ne suis pas bronzé aux UV 365 jours par an! Diplômé d'une grande école de commerce (oui, une du top 10...) et ex-cadre sup frappé à 40 ans par la limite d'âge qui vous met sur la touche (et sans stock-options, ça c'est pour les 40 du CAC....)je suis tombé dans l'immobilier au milieu des années 90 parcequ'il fallait bien remplir la marmite, même si en plein marasme à l'époque le marché immobilier ne semblait pas vraiment le bon cheval à courir!! En même temps, quand on débute au plus bas on ne s'habitue pas au luxe, ce qui n'est sûrement pas la principale ambition de bon nombre de ceux qui ont attrapé le train en marche au cours des cinq dernières années...Bon, je ne suis pas là pour parler de moi mais ce préambule c'était juste pour répondre à plusieurs commentaires de tes lecteurs qui, habitude bien franchouillarde, semblent mettre tous les agents immobiliers dans le même sac en jouant de l'amalgame et du raccourci facile...Alors oui, il y a pas mal de négociateurs et quelques agents immobiliers de "petit niveau" ou obnubilés par le fric facilement ramassé, mais ce ne sont pas la majorité des professionnels du secteur; en France, on a un problème avec les intermédiaires de toutes façons: on veut bien faire appel à leurs services et conseils mais dès qu'il s'agit de sortir son carnet de chèques pour payer ces services ou ces conseils, là ça ne va plus du tout!! Alors forcément, pour justifier cette radinerie qui fait sourire les anglo-saxons (90% des transactions passent par les professsionnels aux Etats-Unis contre à peine 50% chez nous...), on tire à vue sur la profession en l'affublant de toutes les tares!

    Alors ce commentaire sur le krach, ça vient? Ah que j'aime ces certitudes des uns et des autres! Bulle, pas bulle? Spéculataion, pas spéculation? Hausse excessive des prix, pas hausse excessive des prix? Délire, pas délire? Acheter, pas acheter? Louer, pas louer? Vendre, pas vendre? Vrai, faux? etc.... Autre caractéristique bien de chez nous: le manichéisme! GAUCHE-DROITE; BLANC-NOIR (reubeux compris...); RICHE-PAUVRE; BEAU-MOCHE; JEUNE-VIEUX; CON-PAS CON; TF1-ARTE; etc....Alors moi, le "pro" de l'immobilier qui a connu le krach des années 90 et la formidable envolée des cinq dernières années, je vous le dis tout net: JE N'AI AUCUNE REPONSE CERTAINE A VOUS DONNER SUR LE FAIT DE SAVOIR SI KRACH IL VA Y AVOIR OU PAS!!!!!!

    Et partant de là, malgré la pertinence de ton analyse où je serais tenté de te rejoindre sur certains points, je ne peux pas adhérer à tes certitudes sur l'imminence d'un krach comparable à celui des années 90 ou à celui de la bourse plus récemment!

    La bourse, alors là oui on était dans du pur spéculatif avec des actions surcôtées en prévision de profits futurs totalement fantasmés; et le krach qui a touché de plein fouet les valeurs technologiques n'a pas atteint en profondeur les sociétés réellement performantes du secteur....

    Le krach immobilier des années 90, là encore on était dans du spéculatif (le m² des beaux quartiers parisiens se négociait à 70 000 de nos bons francs de l'époque...)et les banques se fourvoyaient avec quelques gros marchands de biens dans un poker-menteur qui allait leur être fatal et faire exploser la bulle qui avait atteint une taille rhédibitoire....

    Le marché actuel, même si bubulle il y a (je suis un des rares à la voir venir depuis 2 ans...), est d'abord un marché d'équipement de primo-accédants qui grâce à des conditions de crédit favorables (taux bas et allongement des durées de remboursement)ont pu envisager l'acquisition et sortir ainsi de leur statut de locataires (les français aiment la pierre, on ne renie pas ses origines rurales....); alors oui la demande s'est emballée et l'offre ne suivant pas les prix ont mécaniquement suivi (en effet, pas besoin d'avoir fait HEC pour comprendre cela....); de ce fait les prix ont retrouvé le niveau de ceux de l'avant krach des années 90 et les commentateurs ont prix l'habitude d'évoquer des hausses annuelles à deux chiffres...Et le relais a été pris par une deuxième catégorie d'acheteurs: des ex primo accédants profitant de l'aubaine ont revendu avec une belle plus value leur première acquisition pour passer à la catégorie au dessus..Mais point de spéculation dans tout cela, juste une mécanique bien huilée qui a porté le marché jusqu'ici...Pas de quoi générer une énorme bulle spéculative donc...Par contre, oui, un début de bulle quand la belle mécanique s'affolle un peu: des vendeurs un peu trop gourmands encouragés par quelques (nouvelles?) agences pensant que le jackpot est à portée de leurs mains et jounat la surenchère pour décrocher du mandat exclusif, des acheteurs peu avertis pensant réaliser la bonne affaire en traitant entre particuliers sans connaître les vrais prix du marché (rarement les prix demandés au départ par les vendeurs!!) et oubliant qu'entre autres services l'agent immobilier est là pour NEGOCIER pour le compte de l'acheteur; et voilà en effet comment depuis quelques mois la bubulle s'est mise à gonfler un peu trop vite...

    Mais les arbres n'atteignent jamais le ciel (je ne sais pas qui a dit cela mais tu aimes les dictons, tu vas sûrement me le dire!)! Alors il y a un moment où tout cela se calme! Et toc, c'est pile poil ce qui se passe depuis le milieu de l'année 2005: REEQUILIBRAGE! Ca veut dire: vendeurs, vous avez fini de manger votre pain blanc, va falloir penser à accepter des négociations maintenant et ne plus rêver à la crémière en plus du beurre et de l'argent du beurre (ça nous change de la boulangère!!); acheteurs, ne vous précipitez pas sur tout ce qui passe, comparez, discutez, appuyez vous sur votre agent immobilier (enfin, un bon que vous auriez déniché, on ne sait jamais...), en tous cas vous retrouvez une position de force, alors comme les crédits restent plus attractifs que jamais, profitez en...Mais point de krach dans tout cela!! Des baisses, par contre, oui, je le crois volontiers car sur la lancée des dernières années, beaucoup de vendeurs ont anticipé ces derniers mois des hausses qui mettent maintenant les prix hors de portée de la majorité des acheteurs; ces baisses pourront atteindre les 10,20 et même 30% dans certains cas, ce qui nous remettrait au niveau d'il y a deux ans! Mais après un quasi doublemnt des prix en 7 ans, une baisse moyenne de 20% peut-elle être assimilée à un krach??

    Le vrai danger d'un krach serait de voir se prolonger une situation où les vendeurs s'obstineraient à ne pas revoir leurs prétentions à la baisse et où les acheteurs persuadés que les prix vont s'effondrer d'eux même par explosion de la bulle remiseraient leurs désirs d'acquisition au placard dans l'attente d'une hypothétique explosion!!

    A force de dire: ça va pêter...On se réserve le droit de dire après: je vous l'avais bien dit...Il n'y pas que le BLANC et le NOIR, il y a le plus souvent du GRIS.....

    Posté par jeanmi, 24 juin 2006 à 17:36 | | Répondre
  • Et l'appart que tu n'as pas acheté en 2003 , il vaut combien maintenant ???

    Posté par adck, 28 août 2006 à 21:43 | | Répondre
  • Solvabilité...

    je ne suis pas un expert... loin de là.

    Mais je pense à quelque chose qui vous fera peut etre rire mais bon allez ... j'ose :

    Si l'Etat pour éviter la faillite de tous ces gens faisaient marcher la plancha à billets, si nos salaires augmantaient...

    Les emprunteurs seraint de nouveau solvable...plus de bulle...

    Qu en pensez vous ?
    Si ce que je viens d'écrire est une abération, prière de ne pas m'incendier...

    Posté par Fredbac33, 29 septembre 2006 à 01:25 | | Répondre
  • un krach est ce vraiment possible?

    Merci pour ce blog, lecture trés interresante, pourtant je suis bien jeune pour m'interresser a tout cela ( 21 ans ).
    Je m'y interrese car j'ai failli faire carrière dans l'immobilier, heureusement pour moi cela ne s'est pas concrétisé car j'ai eté dessus par ce milieu qui n'est que malhonneté et mensonge ( faire croire au acquéreurs qu'ils vont faire l'affaire du siecle que ce bien est rare ou qu'un autre couple est deja dessus... ) J'ai travaillé 6 six mois en agence certe c'est peu mais assez pour comprendre leur stratégies. Un agent immobilier reste payé a la commission pour etre payer il faut vendre, pour vendre il faut rentrer des mandats et pour rentrer des mandats il faut apater le vendeur, lui donner sa principale satisfaction " vendre son bien au prix qu'il souhaite pour qu'il puisse s'enrichir " sinon il va dans l'agence en face. Cette experience m'amène a me poser la question " un krach est ce vraiment possible " j'aime y croire de tout coeur, mais comment faire comprendre a des vendeurs qui ont acheté a un prix surélevé, de revendre plus bas a un vrai prix marché ?
    ( Mais qui a bien faire croire aux vendeurs qu'ils pouvaient faire de telle plus value aux détriments des annnées futures ? )

    Posté par petite jeune, 06 novembre 2006 à 04:20 | | Répondre
  • Veulliez m'excuser pour "toutes" mes fautes d'orthographes, l'heure tardive ne m'encourage pas a les eviter.

    Posté par petite jeune, 06 novembre 2006 à 04:25 | | Répondre
  • Très bonne analyse, mais ...

    Bonjour au réalisateur de ce blog et à tous ceux qui le consultent.
    Je partage l'opinion de tous ceux qui disent que cette analyse a été bien faite, avec humour, et vivacité d'esprit. Seulement je serais un peu plus modéré concernant la prévision de l'évolution du marché immobilier. Je vous donne mon avis, sans doute faux, modeste, mais c'est le mien.
    Imaginez-vous propiétaire d'un bien immobilier, c'est votre habitation principale vous l'avez acheté en 1998 vous voulez le revendre aujourd'hui... vous avez gagné le jakpot!
    Imaginez-vous maintenant propriétaire d'un bien immobilier, toujours la même habitation principale que cette fois-ci vous avez acheté en 2004. Le vendriez vous en 2008 au même prix auquel vous l'aviez acheté? Certainement pas !! Plutôt vous le garderiez ou vous le loueriez quitte à rentabiliser vos intêrets passifs de l'emprunt.

    Prenons un autre cas maintenant:
    vous êtes investisseurs vous avez fait l'acquisition de deux pavillons jumelés dans un lotissement à proximité de la ville. Vous avez optimisé avec cette opération votre fiscalité pendant 10 ans. C'est le moment de vendre. Avant que les charges dépassent les bénéfices... (ou dépassent le budget que vous vous étiez fixé). Mais bon la demande n'est pas au rdv. Vous ne pouvez donc pas exiger le prix du marché et vous vous pliez à un prix (bien que supérieur à votre investissement) en dessous du prix de marché quitte à vous débarasser de votre bien.
    Résultat: stagnation des prix (pas de baisse - sinon pourquoi vous avez investit?) et effondrement du marché du neuf!! Ce qui ne veut pas dire que les prix du neuf diminuent... mais uniquement que l'offre s'effondre.
    Le gouvernement aura déja trouvé une parade pour favoriser et défiscaliser les investisseurs (peut-être en les faisant investir dans des maisons de retraite qui sait...). Mais attention... on n'en est pas rendus là.

    Conclusion, peut être vous avez trouvé idiot ce que j'ai énoncé mais... la pierre c'est du concret, c'est le seul bien auquel on ne peut pas renoncer et sur lequel se base l'économie familiale depuis des générations et des générations. Nous ne pouvons même pas de loin le comparer à un krach boursier du à une bulle technoloquique qui n'en était pas une, car les investissement (rappellez-vous les fameuses start-up)se basaient sur des promesses et la quotation en bourse pour la plutart des entreprises était un objectif spéculatif.
    L'immobilier comme toutes choses aujourd'hui (notre humeur par exemple) est soumis aux lois du marché, avec une seule non insignifiante différence. Le toit sous lequel on vie on le gagne avec le travail et beaucoup de peine parfois... alors ce n'est certainement pas d'autres que nous qui vont en determiner le prix... à méditer.

    Merci à tous ceux qui auront lu tout le message j'espère ne pas vous avoir ennuyé.

    Posté par Francesco86, 28 novembre 2006 à 11:18 | | Répondre
  • Pas d'accord

    Je suis d'accord avec Francesco86, en fait si je résume la bulle de l'immobilier , c'est simplement du bourrage de crâne, ou plutôt la méthode Coué.
    Désolé mais je ne crois pas tout ce qui est expliqué sur la "bulle immobilière".
    Nous verrons d'ici quelques temps (2 ans) si cela s'avère véridique ou pas.
    Cordialement

    Posté par Michelle, 08 janvier 2007 à 20:49 | | Répondre
  • réponse à francesco86

    vous avez écrit :

    "Imaginez-vous propiétaire d'un bien immobilier, c'est votre habitation principale, vous l'avez acheté en 1998 vous voulez le revendre aujourd'hui... vous avez gagné le jakpot!"

    Nuance : vous "avez gagné le jakpot" uniquement si vous vendez et ne rachetez pas derrière. Sinon, soit votre plus valus est totalement virtuelle, soit elle est mangée dans un nouvel achat (ne serait-ce que par les frais de transaction).

    "Imaginez-vous maintenant propriétaire d'un bien immobilier, toujours la même habitation principale que cette fois-ci vous avez acheté en 2004. Le vendriez vous en 2008 au même prix auquel vous l'aviez acheté? Certainement pas !! Plutôt vous le garderiez ou vous le loueriez quitte à rentabiliser vos intêrets passifs de l'emprunt."
    .....
    "Le toit sous lequel on vie on le gagne avec le travail et beaucoup de peine parfois... alors ce n'est certainement pas d'autres que nous qui vont en determiner le prix... à méditer."


    A mon sens, vous mélangez le rationnel et l'affectif qui s'attache à la pierre.

    Moins de 3% des logements changent de mains chaque année. Toutefois, ce sont ces transactions qui déterminent un prix de marché et par conséquent, le prix de vente potentiel des 97% restant.

    Que l'on soit en haut de bulle ou en plein krach immobilier, il y a toujours des transactions qui s'effectuent ne seraient-ce qu'à cause des successions, divorces et mutations professionnelles. Ce sont toujours ces transactions, même si elles diminuent de moitié ou de 80%, qui fixeront le prix du marché.

    Ainsi, si un bien similaire au vôtre se vend à moins 50% de votre prix d'achat en 2004, vous aurez beau "refuser" de baisser votre prix pour ne pas perdre de l'argent, vous serez alors simplement dans l'imposssibilité de vendre. L'acheteur se moquant totalement du fait savoir si le vendeur fait une plus value ou une moins value, il n'achetera pas votre bien si il peut acheter un bien similaire moins cher!!!

    Après, libre effectivement à vous, de renoncer à vendre dans ce nouveau contexte économique (mais alors vous n'êtes de facto plus vendeur et hors marché), mais certains ne pourront pas attendre.

    Toutefois votre message est interessant car il démontre bien le caractère totalement irrationnel qui s'est attaché aujourd'hui à la pierre et vous n'êtes effectivement pas le seul à penser que le marché ne peut pas baisser au motif naif que : "les vendeurs refuseront toujours de vendre à perte".

    Or, ce n'est jamais le vendeur qui fixe son prix selon ses souhaits mais uniquement le marché.

    En cas de chute du marché, des vendeurs qui auront acquis en 2004 ou 2006 se retrouveront toujours en concurrence avec des vendeurs qui auront acuquis antérieurement(ou des héritiers) et qui eux seront toujours en situation de plus-value (et qui auront tout à gagner d'une baisse de prix si ils souhaitent s'aggrandir, le différentiel de prix à emprunter étant moindre).

    Enfin, concernant votre postulat comme quoi l'immobilier, contrairement à la bourse, ne serait pas sépculatif, je vous renvoie aux divers développements de mon blog sur ce point (notamment la Question 15).

    Cordialement

    Posté par Roosvelt, 10 janvier 2007 à 18:20 | | Répondre
  • acdk a écrit :

    "Et l'appart que tu n'as pas acheté en 2003 , il vaut combien maintenant ???"

    Tout d'abord, je trouve ce genre de contre argumentation un peu léger. Certes, chacun son opinion, mais encore faut-il argumenter un chouille pour que la discussion puisse avancer !!

    Pour répondre précisement à votre question, je vous répondrez par une autre question : quelle importance de connaître son prix potentiel actuel ? (explications que je détaille déjà dans les questions figurant en marge de ce blogue, mais vous êtes vous donné la peine de le lire en entier????)

    - en 2003, mes moyens ne me permettaient que d'acheter un 3 pièces avec 20 ans de crédit.

    - Cette surface n'étant pas adapté pour une famille avec 2 enfants, j'aurais du revendre à échéance de 5 ans dès l'arrivée d'un second enfant!)

    - soyons large et disons que les 3 pièces ont pris 50% entre 2003 et 2008. Je revends donc en 2008, 300KE un bien acheté 200ke. Ma boulangère me dit alors : "formidable, vous avez touché le jackpot".

    - Malheureusement, le 4 pièces qui étaient à 300ke en 2003 a également pris 50% et est donc désormais à 450ke!! Par conséquent, soit je ne peux pas fournir l'effort supplémentaire et je reste dans mon 3 pièces avec une PV totalement virtuelle qui ne me sert strictement à rien pour faire mes courses à Carrefour, soit j'achète un 4 pièces et je suis encore plus endetté et/ou sur une période encore plus longue !!!

    Lorsque les acheteurs et les vendeurs de résidences principales auront fini par comprendre que la hausse des prix ne les enrichie nullement mais au contraire les appauvrie, on aura alors franchi un cap !!

    Toutefois, votre remarque me laisse penser qu'on en est malheureusement encore assez loin...

    je vous laisse donc méditer cette citation de J.P Petit de exane BNP Parisbas :

    "le propre d'une bulle est de faire croire au perdants qu'ils sont les gagnants"

    Posté par rossvelt, 10 janvier 2007 à 18:51 | | Répondre
  • krach

    personellement je pense plutot à une légère baisse ou une consolidation du marché, en aucun cas un krach.
    certes quelque chose s'est formé, pas forcement une bulle, de même le krach boursier de 2000/2001 était dû comme précisé plus haut à une spéculation plus que folle surles valeurs techno, croyant que la pub et les nouveaux services allaient financer le developpement des entreprises et faire couler l'argent, il n'en fut rien.

    Posté par ceberber, 12 janvier 2007 à 14:50 | | Répondre
  • Evolution, oui, Titanic, non.

    Bien sûr que le marché de l'immobilier évolue. Grâce à Internet, notamment, les gens peuvent désormais comparer, se renseigner, ne plus payer trop cher un bien qui ne prendra plus de valeur.

    Mais pourquoi voulez-vous que le marché s'écroule ?

    Posté par Buzz, 18 janvier 2007 à 11:12 | | Répondre
  • Résistons, camarades !

    Bonjour à tous.
    En avril 2007 (date de ce post), je peux raconter la même histoire.

    Je sors d'une quête impossible : devenir enfin propriétaire de MA maison.
    Résidant à Aubagne (13), j'étais prête à m'exiler dans le département des Alpes de Haute Provence (département que j'aime et que je connais bien) dans l'espoir de trouver enfin MA MAISON, après toutes ces années d'attente morose ...
    Mais c'était sans compter sur le fameux projet ITER qui semble placer ce département au-dessus des autres (dans l'esprit de la boulangère, bien entendu ...)
    J'ai visité une quarantaine de taudis ou des maisons sympas, mais trop petites ...

    Ma conclusion est simple : l'offre ne correspond pas à MA demande ...

    Sincèrement, certains mériteraient un krash : tous ceux qui ont rêvé de s'enrichir à outrance à défaut d'envisager une logique patrimoniale saine.

    Certes, je perd un loyer chaque mois, mais mon loyer actuel est basé sur les prix des années 97 (Je paye donc moins cher à Aubagne que quelqu'un qui entre en location aujourd'hui à Manosque !) et, par chance, mon logement actuel correspond encore à mon besoin ...

    Aujourd'hui encore, force est de constater sur le terrain, que primo ascédant = pigeon.

    Bon nombre de biens sont à la vente dans cette logique et peu d'agents immobiliers le reconnaissent ...

    Alors, il suffit de ne pas acheter pour que les prix baissent, n'est-ce-pas ?

    C'est la logique du marché, non ? !
    Et l'acheteur en est le principal acteur ...

    Donc, pas de pitié pour la boulangère qui vend, en l'état, la maison héritée de sa grand-mère au prix d'une maison bien rénovée ... et encore moins pour le neveu de la boulangère qui vend encore plus cher la maison de son oncle, maison qu'il a soit-disant rénové avec goût ... ce dernier, outre les fautes de goût et les défauts d'investissement, a fait un très mauvais calcul ...

    Posté par Vero, 18 avril 2007 à 02:48 | | Répondre
  • Mon ami Jean-Phi qui est trader dans une grande boîte de trading, m'a dit que le krach immobilier et le krach boursier seraient sans doute conjoints. Heureusement qu'il m'a prévu, j'ai pu stocker des pâtes et du riz dans ma cave.

    Posté par Hector Gnole, 03 juin 2007 à 00:16 | | Répondre
  • krach boursier en 2007 ?

    Au gré des informations du web j’ai trouvé cet article traitant d’un krach boursier en 2007 (http://hector-gnole.over-blog.com/article-10572416.html). Cette théorie vous parait-elle plausible ?

    Posté par gregory, 05 juin 2007 à 19:18 | | Répondre
  • http://www.obonbon.com

    Posté par bip, 13 juin 2007 à 07:59 | | Répondre
1  2    Dernier »
Nouveau commentaire